Prix Hommage à 10 personnes d’exception

Lors du 10e anniversaire de l’AFPAD célébré le 3 octobre dernier, nous avons rendu hommage à des personnes qui ont fait avancer la cause des victimes depuis les 10 dernières années. Suite au lancement d’un appel de candidatures, plus de vingt candidats très investis pour la cause nous furent proposés par nos membres, d’autres organismes et le grand public. Le choix fut assez déchirant car l’ensemble des candidats méritaient d’être honorés. Nous tenons à féliciter et remercier du fond du cœur nos 10 récipiendaires que voici :

Madame Marie-Paule McInnis

En 1996, elle vit le deuil de ses deux fils, Jérôme et Justin, assassinés par leur père, qui s’est ensuite suicidé. Suite à ce drame, Mme McInnis s’est beaucoup investie à la reconnaissance des mères, victimes de violence conjugale. Pour elle, l’homicide conjugal est souvent précédé de toute une série d’actes stratégiques et répétitifs qui aboutissent à une longue relation de violence et de contrôle, et ce, jusqu’à l’inévitable… Faisant preuve d’un courage exceptionnel, Mme McInnis a étudié en psychologie, en réadaptation sociale et elle est l’auteure du livre La Survivante et de la rédaction du documentaire Les Survivantes. À travers la mission qu’elle s’est donnée, Madame McInnis encourage non seulement les victimes de violence à porter plainte et à aller chercher de l’aide auprès des ressources, mais elle souhaite aussi sensibiliser différents publics à propos de la violence conjugale.

Lieutenant Bernard Caron

La contribution de M. Caron et du Module d’assistance aux victimes de la Sûreté du Québec a toujours fait toute la différence, lorsqu’une famille de victime a besoin d’aide, en ce qui concerne l’avancement d’une enquête ou encore le besoin d’information. Au fil du temps, plusieurs rencontres furent instaurées avec les enquêteurs, les familles de victime et l’AFPAD dans le but de faire le point sur les différents dossiers d’homicide ou de disparition. Le lieutenant Caron et ses collègues sont connus de plusieurs familles membres de l’AFPAD qui ont pu bénéficier à quelques reprises d’excellentes conférences qui leur ont permis de mieux comprendre leur travail d’enquêteur dans les cas de disparition d’homicide. Aujourd’hui, grâce à M. Caron et au module d’assistance aux victimes du la SQ, les familles de l’AFPAD sont mieux informées.

Me Anne-Andrée Charette

Me Charrette est une avocate de haut calibre qui s’implique avec cœur au sein de la justice depuis plus de 29 ans. Nommée procureure en chef adjointe de l’équipe des Assises du bureau des procureurs criminels et pénaux de Montréal en juin 2011, elle s’investit pleinement auprès des proches endeuillés. Humaine, empathique et chaleureuse, elle apporte réconfort aux familles lors de leur passage dans l’appareil judiciaire. À titre d’exemple, Me Charette s’est engagée pleinement dans un comité novateur en partenariat avec le CAVAC de Montréal et le Service de police de la Ville de Montréal concernant les personnes décédées par acte criminel afin que l’entourage du défunt soit informé et soutenu lors de leur présence à la cour. Son implication a fait en sorte que maintenant, l’information est diffusée aux proches des personnes décédées qui sont reconnues et traitées comme des victimes directes.

Madame Isabelle Gaston

Madame Isabelle Gaston est membre de l’AFPAD et la mère d’Olivier et d’Anne-Sophie, assassinés en février 2009. Malgré les circonstances pénibles du drame et les injustices subséquentes au terme du premier procès, elle a déployé des efforts courageux et audacieux à bien des égards. Motivée par l’espoir d’une meilleure justice pour ses enfants et ceux des autres victimes de notre société, Isabelle a exercé positivement son influence après s’être plongée dans l’univers juridique et médico-légal. C’est avec brio et audace qu’elle a su éveiller les consciences des acteurs de la justice et de nos deux gouvernements et nous pouvons affirmer que c’est, entre autres grâce à ses représentations, que la Loi 22 fut adoptée par le gouvernement du Québec afin de mieux aider financièrement les familles de victimes.

Madame Josée Masson

Madame Masson, travailleuse sociale, est la fondatrice et la directrice générale de l’organisme Deuil-Jeunesse, dont la mission et les interventions sont spécifiquement centrées sur les jeunes qui vivent une perte, que ce soit par la mort d’un proche, la maladie, la séparation des parents ou l’abandon. Afin de permettre aux enfants d’exprimer leurs émotions, les intervenants de Deuil-Jeunesse font un travail extraordinaire. Ce prix hommage vient souligner la collaboration exceptionnelle de Mme Josée Masson, ainsi que des intervenants qui supportent notre cause et qui ont apporté de l’aide à plusieurs enfants de nos familles membres touchées par un deuil ou une disparition.

Monsieur Michel Laroche

Monsieur Michel Laroche, avocat de formation, a fait une brillante carrière au ministère de la Justice du Québec pendant plus de 33 ans. Ce dernier a beaucoup aidé à faire avancer la cause des victimes à travers son implication au sein de l’AFPAD. Il s’est joint au conseil d’administration depuis les tout débuts et en plus d’être administrateur, il a également occupé le siège de la présidence pendant un an. À travers toutes ces années, il a assumé comme responsabilité le volet information aux membres dans le domaine judiciaire. Il n’a jamais perdu de vue son principal objectif qui était d’aider et de conseiller les membres de l’AFPAD afin de rendre le processus judiciaire plus compréhensible. Face à leurs différentes demandes d’aide, plusieurs familles membres de l’AFPAD ont pu bénéficier gratuitement de toute l’expérience et les compétences de M. Laroche.

Madame Marinella De Oliveira

Marinella De Oliveira est membre de l’AFPAD et la mère de Brenda-Elena Prekatsoumakis-De Oliveira, assassinée le 8 mars 2011. Depuis quelques années, elle s’est beaucoup impliquée dans la communauté. Par ses qualités de leader et sa belle humanité, elle a également su épauler et soutenir les familles de l’AFPAD à travers leur souffrance et leur désarroi. À travers son implication au sein d’autres organismes d’aide aux victimes, elle s’est beaucoup démarquée. D’ailleurs, Mme De Oliveira s’est beaucoup investie auprès de la communauté virtuelle à faire connaître l’AFPAD et à sensibiliser les utilisateurs à ce que vivent les familles touchées par l’homicide ou la disparition d’un proche.

Monsieur Frank Tremblay

Monsieur Tremblay est co-fondateur de l’organisme VASAM (Victimes d’agressions sexuelles au masculin). Il a fait avancer la cause des victimes en aidant les hommes à dénoncer leurs agresseurs sexuels. Ayant lui-même été la victime d’agressions sexuelles subies à l’âge de 13 ans aux mains d’un frère rédemptoriste en autorité, il a décidé d’aller chercher ce qu’il appelle, « Réparation ». Entre autres, M. Tremblay a déposé une demande d’autorisation en recours collectif au greffe de la cour de Montréal en avril 2010, une requête visant tous les étudiants du défunt Séminaire St-Alphonse ayant été agressés par les prêtres rédemptoristes de 1960 à 1987. Le recours collectif a été autorisé par la Cour Supérieure en novembre 2010. Le 10 juillet 2014, Frank Tremblay obtient gain de cause et pour la première fois dans l’histoire du Québec, une congrégation religieuse est reconnue coupable de crimes sexuels sur des enfants et condamnée à les payer. Aujourd’hui, des conférences sont animées auprès de thérapeutes pour démystifier le grand tabou de l’agression sexuelle chez les hommes.

Madame Arlène Gaudreault

Elle est co-fondatrice et présidente de l’Association québécoise Plaidoyer-Victimes, un organisme communautaire qui œuvre à la défense et à la promotion des droits des victimes d’actes criminels. Elle fut également présidente de l’association des criminologues du Québec et coordonnatrice du premier Centre d’aide aux victimes d’actes criminels. Criminologue de formation, Madame Gaudreault est une pionnière et une militante de première heure dans le domaine de la victimologie où elle œuvre depuis le début des années 1970. Tout au long de sa carrière et encore aujourd’hui, Mme Gaudreault veille sans relâche à la promotion des droits des victimes et à l’élaboration de politiques, de législations et de programmes plaçant toujours les victimes au centre de ses préoccupations. Afin de sensibiliser différents publics à la cause des victimes, Mme Gaudreault a prononcé de multiples conférences sur la scène provinciale, nationale et internationale. De plus, elle a publié une trentaine de publications liées à son expérience et son expertise en victimologie. Mme Arlène Gaudreault représente pour tous un modèle d’engagement et une source d’inspiration extraordinaire.

Madame Andrée Béchard

Depuis la disparition mystérieuse de sa fille Marilyn Bergeron en 2008, Madame Béchard et sa famille ont remué ciel et terre pour la retrouver. Entre 2008 et 2015, le nombre de démarches réalisées est quasi incroyable, autant au niveau provincial que national : plus de 50 000 feuillets de l’avis de disparition de Marylin furent distribués au Québec, en Ontario, au Nouveau-Brunswick et en Colombie Britannique. À travers de multiples conférences, articles de journaux et participation à des émissions de télévision, Madame Béchard a su sensibiliser les gouvernements, les corps policiers et l’ensemble de la population en mettant en lumière le vécu des familles face à la disparition d’un de leur proche. En 2009, une pétition intitulée « Pour le droit de retrouver un être cher » fut déposée à l’assemblée nationale du Québec; plus de 5182 signatures furent recueillies en l’espace de deux semaines. Après 4 ans de travail rigoureux, Madame Béchard a déposé récemment au gouvernement du Québec, un rapport de 350 pages intitulé « Rapport familial sur l’enquête de la disparition non résolue de Marylin Bergeron 17 février 2008 » contenant toutes ses observations et ses questionnements et aussi les lacunes et recommandations en ce qui concerne l’ensemble des interventions des différents intervenants suite à la disparition de sa fille.

 

CLIQUER ICI POUR VOIR TOUTES LES PHOTOS DES HONORÉS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code

© 2019 AFPAD | Tous droits réservés
Conditions d'utilisation | Crédits
AFPADLa force de l'entraide